Scroll Top

Le fait de porter ton bébé dans une écharpe de portage influence-t-il le moment où il apprend à marcher ?

Je ne veux pas spoiler ici – mais avant même d’avoir commencé mon article “Apprendre à marcher en portant”, je peux déjà te dire : non !

Pourquoi cette rumeur est si tenace, quels sont les facteurs importants pour que ton bébé apprenne à marcher et pourquoi le fait de porter ton bébé dans une écharpe ou un porte-bébé l’aide même dans ce processus, je te le dis maintenant dans l’article “Apprendre à marcher Porter”.

Apprendre à marcher Porter pas de portage, pas de câlins, pas de gâteries ?

“Autrefois” – et il n’y a pas si longtemps que ça – on pensait en principe qu’il ne fallait pas trop porter son bébé. On ne veut pas devenir un tyran. C’est pourquoi on a inventé toutes sortes de choses pour expliquer pourquoi il était mauvais de porter son bébé et ce qu’il fallait éviter autant que possible, afin que le bébé ne vous marche pas sur les pieds. Tu découvriras tout cela dans la suite de mon article “Apprendre à marcher en portant”.

Apprendre à marcher Porter : limiter les contacts physiques ?!

Les mères étaient invitées à ignorer délibérément les besoins de leurs bébés – c’est pourquoi on laissait les nouveau-nés pleurer seuls le soir dans leur propre chambre, on ne les allaitait (si on les allaitait) que toutes les quatre heures et on devait limiter autant que possible les contacts physiques. Donc pas de portage, pas de câlins, pas de lien avec l’enfant. Après tout, on n’a pas le droit de gâter son enfant.

Pourquoi est-ce que je m’attarde autant sur ce point dans mon article “Apprendre à marcher en portant” ? Le portage – c’est-à-dire le contact physique – est un besoin fondamental de chaque être humain. Pour chaque nouveau-né, bébé, petit enfant, écolier, chaque adolescent et chaque adulte. En raison de ces méthodes qui ont encore la vie dure dans notre société – surtout dans notre ancienne génération – comme étant “éprouvées” et “correctes”, nous entendons souvent des phrases telles que : “Il est évident que ton enfant ne marchera pas si tu le portes tout le temps” ou “Il est logique que ton enfant ne puisse pas s’endormir sans ton sein si tu ne le laisses pas pleurer de temps en temps pour qu’il voie que tout le monde n’en fait pas toujours à sa tête” .

Il y a eu beaucoup d’enquêtes, d’études – par exemple une qui s’est penchée sur la génération des enfants de la guerre entre 2009 et 2013. L’étude a été menée en Allemagne par Ilka Quindeau, psychologue, et ses collègues de la “Frankfurt University of Applied Sciences”.” pour le compte du ministère fédéral de l’éducation et de la recherche. Le contenu réel aurait été l’étude des effets des bombardements et de la fuite. Mais dès les premiers entretiens, il s’est avéré que la famille était beaucoup plus souvent évoquée et c’est pourquoi l’étude a été élargie.

On en est arrivé à la conclusion que les gens présentaient un modèle de loyauté remarquablement fort avec leurs parents. Les conflits n’ont pas du tout été abordés dans les récits – c’est le signe d’un trouble relationnel. De même, la psychanalyste austro-britannique Anna Freud a découvert dès 1949 que les enfants qui avaient un bon lien avec leurs parents ressentaient la guerre comme “moins” grave que ceux qui n’avaient pas de lien ou un mauvais lien avec leurs parents.

J’aimerais poursuivre mon article “Apprendre à marcher en portant” avec ce fait : non seulement de notre famille ou de quelques connaissances – non, mais aussi des pédiatres, des sages-femmes et d’autres professionnels – qui devraient en fait mieux savoir en raison des connaissances scientifiques actuelles – non, même ceux-ci ne s’empêchent pas de conseiller aux mères de laisser pleurer leur bébé tout seul, de ne l’allaiter que toutes les 4 heures et de ne surtout pas le porter, parce que sinon l’enfant ne deviendra jamais indépendant et deviendra un petit tyran par principe. Les troubles de l’attachement et l’incapacité à entrer en relation avec d’autres personnes résultent de ces méthodes.

La nature a prévu qu’un nouveau-né soit porté. Dès que tu soulèves ton bébé, il serre les jambes et attend que tu l’accroupisses sur ta hanche, car elle est faite pour cela. Le bébé peut s’asseoir sur la bosse de tes hanches et la position “accroupie-écartée” lui permet de bien se “caler”.

Apprendre à marcher Porter le portage est naturel

Alors pourquoi quelque chose qui est prévu par la nature serait-il mauvais pour ton bébé ? Ou le développement moteur ? Nous savons aujourd’hui que le portage est naturel. Que cela aide ton bébé à mieux se percevoir et à mieux percevoir les limites de son corps. Un bébé qui est beaucoup porté reçoit tout ce dont il a besoin : proximité corporelle, affection, il est intégré dans les événements familiaux et y participe activement – d’égal à égal. Son sens de l’équilibre est entraîné, car il doit toujours accompagner et compenser les mouvements de celui qui le porte. Cela favorise aussi la musculature !

L’autre jour, j’ai pu m’entendre dire par ma propre mère (je n’en reviens toujours pas, d’ailleurs) : “Il est évident qu’à 11 mois, ton bébé ne peut pas ramper ou s’asseoir s’il est TOUJOURS dans le porte-bébé. D’autres bébés jouent aussi parfois par terre” – REALLY ? Comme si mon enfant vivait dedans. Attends – ou est-ce le cas ? Je vais juste réfléchir aux moments où mon bébé n’est PAS dans le porte-bébé ou l’écharpe : quand on le change, quand il mange à la table familiale. Quand nous sommes assis par terre avec les frères et sœurs et que nous jouons. Quand nous sommes en visite chez grand-mère et grand-père, parce que c’est super cool de ramper sous les étagères suspendues du salon et de courir après le chien.

Mon bébé n’est pas dans le porte-bébé lorsqu’il montre clairement qu’il ne le veut pas. Et à 11 mois, cela arrive déjà très souvent ! Je dirais simplement que mon bébé passe environ 2 heures par jour dans le tissu. Qu’est-ce qu’il fait les 10 heures restantes pendant lesquelles il est éveillé pendant la journée ? C’est vrai : il lui arrive de jouer au sol. Ou au lit. Ou assis dans la poussette – qu’il n’a d’ailleurs découverte que récemment.

Je ne veux pas non plus vous priver de cela dans l’article “Apprendre à marcher en portant” : Notre bébé a été infecté par un virus pendant la grossesse, que j’ai “transmis”. Déjà à l’époque, on nous avait dit qu’il se PEUT que nous ayons besoin d’un soutien physiothérapeutique. Et c’est exactement ce qui s’est passé. Mais c’est clair, non. C’est (encore) la faute du portage.

Je vous en parle dans mon article “Apprendre à marcher en portant” : Quels sont les facteurs importants pour le développement de la motricité de ton bébé ? Que faut-il pour qu’il puisse se tourner, ramper, s’asseoir et un jour marcher ?

Tout d’abord, ton bébé commence déjà à bouger dans le ventre de sa mère. Au plus tard lorsqu’une maman ne sait plus comment s’asseoir à la 38e semaine de grossesse, parce que le bébé s’écarte dans tous les sens et essaie d’écarter les côtes, tu le sais.

Mais le développement moteur ne se résume pas à tourner, ramper, marcher. Ton bébé doit apprendre à ouvrir les yeux pour voir et à bouger la bouche, sinon il ne pourra ni manger, ni rire, ni parler. Les jeux de doigts, les chansons et les interactions communes stimulent le développement physique et mental de ton bébé.

Apprendre à marcher Porter : développement moteur

Contrairement aux réflexes innés qui assurent la survie du nouveau-né, tels que les réflexes de recherche, de succion et de déglutition, qui sont importants pour l’alimentation, il existe quelques autres réflexes qui accompagnent ton bébé dans son développement moteur au cours des deux premières années de sa vie : le réflexe de préhension, le réflexe de cri, le réflexe d’agrippement et le réflexe cervical. Lors des examens du carnet de santé mère-enfant, le pédiatre examine également le développement moteur de ton bébé. Cela permet de déterminer s’il existe un éventuel trouble neurologique ou une maladie du système nerveux, qui sont généralement à l’origine d’un démarrage tardif de la marche à quatre pattes, de la position assise, de la marche, etc.

Un faible poids à la naissance – par exemple à la suite d’un accouchement prématuré, des convulsions cérébrales ou des lésions cérébrales, des problèmes psychologiques pendant la grossesse – par exemple parce qu’elle n’est pas désirée ou parce qu’elle a été une source de stress psychologique pour la femme enceinte – sont des facteurs qui peuvent affecter le développement moteur de ton bébé.

Le sexe, les frères et sœurs, le type d’accouchement – c’est-à-dire spontané ou par césarienne, mais aussi le statut social n’ont aucune influence sur la rapidité avec laquelle un enfant franchit une “étape”. En fait, les “bornes” sont bien plus importantes que ces soi-disant jalons. Ils indiquent en effet l’âge auquel la grande majorité des enfants “sains” acquièrent une capacité donnée.

Les questions ci-dessous concernant la motricité fine, la motricité globale, etc. poursuivent maintenant le chemin parcouru dans mon article “Apprendre à marcher en portant” :

Mais comment peux-tu maintenant stimuler la motricité globale et la motricité fine de ton bébé ? Comment motiver ton bébé à faire de l’exercice ? Pour la motricité globale – c’est-à-dire la motricité corporelle et la locomotion, il est important que ton bébé ait de la place et de l’espace pour bouger et jouer. De plus, il est important que l’équilibre soit bien développé (qui est à son tour stimulé, encouragé et entraîné lors du portage). Laisse ton bébé pieds nus – même en hiver. Avec des vêtements adaptés, ton bébé n’aura pas froid – le mieux est de vérifier sa température corporelle au niveau de la nuque. S’il y fait bien chaud, ton bébé n’aura pas froid, même si ce sont peut-être ses pieds. Marcher pieds nus favorise l’équilibre et aide ton bébé à se tenir en toute sécurité.

Normalement, il suffit que ton bébé puisse se déplacer librement dans une pièce : y a-t-il des choses sur lesquelles il peut se hisser ou se déplacer à quatre pattes et a-t-il la possibilité de tout explorer ? Super – alors vous avez tout fait correctement ! Si votre enfant se fait vraiment remarquer, vous êtes entre de bonnes mains chez un physiothérapeute pour enfants. Celui-ci vous montre des exercices ciblés pour stimuler votre bébé.

Ces conseils sont repris dans mon article “Apprendre à marcher en portant” :

De simples jeux de marelle ou de bébés nageurs, mais aussi des massages pour bébés, peuvent également aider votre bébé à développer sa motricité. La motricité fine – c’est-à-dire tout ce qui se passe avec des “petits” mouvements des mains et des pieds – peut être stimulée par des jeux de doigts, des jouets de motricité comme une balle O ou un cube de motricité, des tours d’empilage et des jeux d’encastrement.

Apprendre à marcher en portant : les trotteurs sont superflus

Les harnais de porte, les trotteurs et les soi-disant aides à la marche sont absolument superflus et même dangereux ! Non seulement ils endommagent l’ensemble de l’appareil locomoteur, mais ton bébé peut tomber dans les escaliers, basculer la tête la première dans le hamac, etc. Les experts s’accordent même à dire que l’utilisation de tels appareils nuit et inhibe durablement la motricité de l’enfant et la formation de l’ensemble de l’appareil locomoteur.

Comme tu le vois, la motricité d’un bébé est un processus complexe dans lequel interviennent de nombreux facteurs. Dans une certaine mesure, tu peux encourager les processus et les influencer positivement. Alors que l’article “Apprendre à marcher en portant” touche à sa fin, j’aimerais vous raconter brièvement comment cela s’est passé pour notre fille moyenne : elle aussi a été “beaucoup” portée, tout comme son petit frère maintenant – et elle a marché en toute sécurité et liberté une semaine avant son premier anniversaire.

Pour conclure définitivement cet article “Apprendre à marcher en portant”, j’aimerais vous donner la citation suivante :

“On ne peut rien enseigner à un homme, on peut seulement l’aider,

le découvrir en lui-même”.



Galileo Galilei

Alors aidez votre bébé à se découvrir et à tout découvrir en lui et sur lui – avec amour, joie et la proximité et le contact physique dont votre bébé a besoin ♥ J’espère avoir bien fait passer tout cela dans mon article de blog “Apprendre à marcher en portant” !

L’article de blog “Apprendre à marcher en portant” est écrit par Tatjana Kirchweger de LIEBEVOLL GEBUNDEN

 

Nos produits les plus populaires

[/vc_column_text][/vc_column_inner][/vc_row_inner][/vc_column][/vc_row]

Publications similaires

Dein Warenkorb
Close
Panier
  • Votre panier est vide.
Votre panier est actuellement vide.
Please add some products to your shopping cart before proceeding to checkout.
Browse our shop categories to discover new arrivals and special offers.